01/02/2009

Klaus

Vendredi soir à la télé : ALERTE ROUGE, une tempête avec des vents pouvant atteindre 170km/h arrive sur le Sud Ouest cette nuit. Intriguée par cette couleur d'alerte vraiment pas fréquente, j'essaye d'en savoir un peu plus sur Internet. Météo France me fait peur, ces recommandations de prudence laisse présager le pire... mais quand on ne connait pas, on ne sait pas, et on se dit qu'il vaut mieux trop prévenir que pas assez. Pour faire bien, on décide de rentrer, les pots, les meubles de jardins, mêmes les gros fauteuils en teque que même il faut 3 personnes pour les porter. On ferme les volets (ce qu'on ne fait jamais), bref on se prépare alors que les étoiles dans le ciel me font doucement sourire.

Image 1.png

Samedi, 6h du matin : les vents me réveillent et me font peur, très peur... ce bruit sourd... et quand en plus il décide de s'engoufrer entre mes volets et ma fenêtre, le bruit aigüe me terrorise... J'allume la lumière, mon ordinateur pour voir ce que dit Météo France... rien de bien réjouissant, et je décide de mettre mon iPod pour essayer de me rendormir. Coldplay m'accompagne tant bien que mal jusqu'à 8h30, mais ce bruit m'obsède, je réfléchis aux arbres qui pourraient nous tomber dessus... bref, j'imagine le pire... je rallume la lumière... pas de lumière... alors j'ouvre mes volets (difficilement!) et je regarde... Fascinée... Alors oui ça me fait peur, très peur, mais je trouve que regarder m'apaise... Parce que finalement, on ne réfléchit plus, on regarde comme un spectacle, c'est hallucinant... le peu d'oiseaux qui volent font du surplace ou sont transportés à l'opposé de leur destination mais ils se battent, ils contrent les éléments. C'est une vision surréaliste, inimaginable... Je reste terrée au fond de mon lit toute la matinée à regarder par la fenêtre, en espérant une alcalmie qui ne vient pas... Les arbres se tordent, les feuilles tourbillonent, les nuages se déplacent à une vitesse incroyable...

On a eu beaucoup de chance, aucun dégât a signalé, si ce n'est notre mimosa qui s'est effrondé. Mais voilà, ce n'est pas le cas de tout le monde. Les paysages sont modifiés... et je ne les reverrai jamais car des arbres centenaires qui s'effondrent comme des mikados, seront bien difficile à remplacer de mon vivant (et pourtant je n'ai que 23 ans).

En 10h, Klaus a tout dévasté... On voudrait oublier mais on ne peut pas... dès qu'on prend la voiture, on voit les arbres qui sont encore sur le bord de la route, on voit les maisons sans toits, on voit Klaus. Partout...

Image 2.png

Je n'ai pas pris de photos, car je ne veux pas me souvenir de cette matinée de peur, je me suis sentie tellement vulnérable face aux éléments que (peut être par lâcheté) je veux oublier.

Mais c'est bien difficile, même Elle en parle cette semaine! Peut être qu'au fond, c'est pour me dire qu'il faut se souvenir de ce we, et me rendre compte qu'on a eu beaucoup de chance...

 

Crédit Photo : lefigaro.fr

Commentaires

J'ai ressenti les mêmes choses que toi, terrée au fond de mon lit dès 4h du matin. Et j'ai pleuré en faisant mont de marsan - bordeaux le lundi matin tellement le paysage était anéanti. Comme tu le dis, on ne verra plus notre sud-ouest comme avant; la nature a été sérieusement touchée et je suis triste.
Les photos du pahre et de l'océan sont stupéfiantes!
à bientôt ;)

Écrit par : Maya | 03/02/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire